Another Year

Publié le par lalige

Ce film pluvieux, qui se passe en Angleterre, est une leçon d’espoir.
Dans les pires moments des vies misérables, quelque chose de bon peut arriver: un moment d’amitié.

 

 

another-year-copie-1.jpg

 

 

Le film commence mal : une femme abîmée dépressive voudrait dormir, voudrait juste des somnifères alors que Gerry lui propose de parler de ce qui ne va pas... Sans aucun succès. Gerry lui propose de parler des bons souvenirs de sa vie ... Sans aucun succès. Elle va vraiment mal cette femme au visage raviné. On ne la reverra plus.

 

Nous suivrons Gerry dans sa vie heureuse avec un mari adorable. C’est peut être le point faible du film : ce couple (Tom et Gerry) est parfait, ils s’entendent bien. Ils reçoivent chez eux sans façon Mary, qui en fait des tonnes pour faire croire aux autres que tout va bien, tout va très bien, alors qu’il est clair qu’elle se ment à elle même mais Tom et Gerry ne sont pas dupes de son cirque. Ils la regardent avec amitié sans aucune méchanceté mais leur regard est lucide : Mary est fragile, c’est un boulet en fait.

Ken vieux gros célibataire fumeur, buveur, tentera en vain d’attirer l’attention de Mary qui va essayer de séduire Joe, le fils de Tom et Gerry pourtant beaucoup plus jeune qu’elle. Mais en vain. Mary est effondrée lorsqu’elle fait la connaissance de Katie la petite amie de Joe.

Ce film noir se termine par un enterrement lugubre. Le beau frère de Tom, le veuf Ronnie était fâché avec son fils Carl qui ne venait plus voir sa mère. Reproche glacial silencieux impuissant de la toute la famille devant le cercueil et le retard du mauvais fils qui arrive trop tard, pour la cérémonie funèbre pour sa mère.
Le formidable plan final s’arrête sur Mary, encore seule et désolée, qui, de volubile hystérique et même marrante dans son mal-être au printemps, est devenue dépressive et silencieuse en hiver.

Bref, la leçon d’espoir dont je parlais est vaguement ténue ...

Publié dans films DVD etc

Commenter cet article

*eMira 18/01/2011 20:28


Ce n'est pas sous cet aspect que je voyais Tom et Gerry ... avec un J comme joie.