A Dangerous Method

Publié le par lalige

Le Film de David Cronenberg:
Sabina Spielrein, une jeune femme souffrant d'hystérie, est soignée dans une clinique psychiatrique par le psychanalyste Carl Jung. Elle devient bientôt sa maîtresse.
C’est une histoire d’amour sans amour, mais non sans désir ou bien ce n’est pas un désir noble mais de l’hystérie.
Les psychanalystes analysent sans arrêt leurs rêves. C’est le début de la psychanalyse.
Jung est marié, protestant, pas libre, il est coincé. Le bon docteur Jung hésite, il aimerait la sauter mais c’est interdit par la religion, zut alors . Et c’est aussi interdit par la psychanalyse, nouvelle religion ... Zut encore.
Papa Freud n’est pas content.


a dangerous method
Un livre :
Le scénario m’a fait pensé à un livre de philosophie qui parle d’un livre d’amour. “Un autre nom pour l’amour” de Mc Cullough, livre niais et illisible que je n’ai donc pas lu moi-même mais dont j’ai entendu parler par Žižek Slavoj mon philosophe préféré :

Une infirmière dans un hôpital psychiatrique est déchirée , divisée entre son devoir professionnel et son amour pour un patient. Elle renonce à l’amour (le moralisme le plus insipide gagne). Elle est victime de son devoir, elle renonce à la passion amoureuse.
Voici la fin du livre que vous n’aurez pas besoin d’acheter donc ...
“Elle avait un devoir tout tracé... car il ne s’agissait pas d’un simple travail, routinier, sans âme. Elle y mettait tout son coeur. Voilà ce qu’elle devait, non, ce qu’elle voulait faire de sa vie. Elle était en paix avec elle même. Car elle savait, désormais, que le devoir, la plus tyrannique des obsessions n’était qu’un autre nom pour l’amour”;

Žižek, mon philosophe préféré, explique que c’est là un vrai tour dialectique hégélien.
une négation de la négation
l’amour, c’est interdit, mal (première négation, si j'ai bien compris)
le devoir c’est pas rigolo (seconde négation , si vous voyez ce que je veux dire)
mais si l’infirmière pense que le devoir c’est  un autre nom pour l’amour, youpi c’est gagné.
ils sont forts les philosophes ...

La morale de ces deux histoires : évitez les hôpitaux psychiatriques, ça complique les choses de l’amour...

 

autre nom amour

Publié dans films DVD etc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article