L'élégance du hérisson

Publié le par lalige

En Angleterre, j'ai lu :

L'élégance du hérisson
Muriel Barbert
Gallimard éditeur
2006



Le début est surprenant : une concierge est une lectrice  d’Husserl et de Marx. Elle joue les idiotes. Elle ne veut pas que l'on sache qui elle est vraiment.
Une gamine de 12 aussi intelligente et précoce que la concierge est cultivée exprime l'intention de se suicider le 16 juin. On imagine que ce sera la fin du livre. La gamine écrit son journal.
Titre « pensées profondes N° 1 »
La profondeur est un peu puante …
Comment croire à une intention de suicide alors que cette enfant respire la santé avec une certaine dose de joie de vivre. La maman, elle, est sous Prozac et en analyse. La gamine est emmenée en consultation chez le psy de sa maman et elle lui dit, en réponse à une question somme toute banale du psy  « Vous croyez que ç’a à voir avec la forclusion du nom de père ? »
(Page 225) Ridicule, tout simplement.

Le milieu est sociologique : l'auteur s'amuse avec sa concierge hyper cultivée et des bourgeois idiots, bourrés de préjugés, et incultes.
Un peu lassant mais je poursuis car je me demande comment ça va finir, évidemment ...

Donc je vais jusqu'au 16 juin
Bonne nouvelle, la gamine est heureuse de vivre.
Mauvaise nouvelle la concierge trouve la mort.




Publié dans livres - érudition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

r. 01/05/2008 06:50

moi je viens de terminer 'Journal d'un apprenti pervers' - autobiographie qui ne se prend pas trop la tete (genre forclusion, et patati). parfois marrant (la perversion sadomasochiste vécue - ou racontée - avec humour), parfois tragique (sida)

j'ai décidé de laisser tomber les romans qui tous me déçoivent: biographie ou essais sérieux. point.

Je lis Les Mysteres du capital, de De Soto et Le Secret de l'Occident de Cossandey - chacun chaudement recommandés, le deuxieme plus encore.