"l'Europe, ça ne veut rien dire" sic

Publié le par lalige

Je cherche à  faire immatriculer  ma femme de ménage Tania .
elle est née en  Russie à Novossibirsk, donc en Sibérie Occidentale .
elle a épousé un Lituanien et a obtenu la nationalité lituanienne .
Elle a un passeport lituanien .
la Lituanie est dans l'espace Schengen .
Elle a travaillé en Allemagne à Frankfort, en Italie du sud puis à Milan mais la Côte d'Azur, elle trouve que c'est bien, et courageusement, elle apprend le français et commence à y travailler.

Je l'aide pour ses papiers
Un premier courrier de demande d'immatriculation à la CPAM me revient
"c'est pas notre boulot"
j'insiste " si,si, si c'est votre boulot d'immatriculer les travailleurs"
Le second courrier reconnait que c'est bien le boulot de la  CPAM et me demande évidement des pièces en particulier une carte de résident ou une carte de séjour l'autorisant à travailler .
Je téléphone à la CPAM pour avoir des renseignements sur cette carte de résident, j'explique gentiment que la Lituanie fait partie de l'Europe donc que peut être ce papier n'est pas absolument indispensable et j'entends ceci :
"l'Europe, ça ne veut rien dire"
Je suis au service des relations internationales et ma correspondante au bout du fil m'explique : "Votre question, c'est pas mon secteur"

je compte cinq interlocuteurs puis je renonce :
demain sera un autre jour

Bon, relire Kafka ce soir
ou bien relire Cioran, Roumain devenu apatride parait-il : "le réel me donne de l'asthme" .
Mais au fait, qu'est-ce que le réel dans cet histoire ?



 


Commenter cet article

Marie 24/01/2008 15:33

C'est consternant ! comment ont fait ceux qui ont réussi à franchir les barrages de l'administration (locale) ? chaque caisse a ses principes de fonctionnement.

remi 21/01/2008 20:10

l'Europe a aux dernieres nouvelles deux vitesses et je ne sais plus pour combien de temps encore: les pays comme la France, effrayés d'une invasion massive de travailleurs sous-payés, ont négocié lors de l'adhésion des dix nouveaux entrants en 2005 un délai pour le libre marché des travailleurs.

donc il est tres probable que la nana de la CNAM ait raison (sans qu'elle ait pris la peine d'expliquer pourquoi)